Art et CultureSociété

A deux jours de la fête de Noël: Les commerçants de jouets se frottent les mains, la galère des parents

L’approche des fêtes de fin d’année, notamment, la commémoration de la Noël,  est en général une période de vache grasse pour la plupart des commerçants et en particulier, ceux qui commercialisent les jouets d’enfants. La célébration  de la  Noël, commémorant la naissance de Jésus de Nazareth du 24 au 25 décembre de chaque année, est l’occasion pour les parents d’offrir cadeaux et autres jouets à leurs enfants. A deux jours de cette traditionnelle fête  de Noël, originellement chrétienne, et qui  transcende  le christianisme aujourd’hui, Adjamé,  la  commune commerciale de la   capitale économique ivoirienne, grouille de monde. Les commerçants de jouets et autres cadeaux d’enfants se frottent les mains tandis que les parents,  eux peinent à se procurer des cadeaux pour leurs progénitures au regard des prix  qui ont une tendance à la hausse au fil des jours. Une incursion dans le  »monde des cadeaux » à Adjamé ce jeudi, nous a permis de nous rendre compte du calvaire des parents à la recherche de cadeaux. Pour ceux qui ont la phobie de la foule, inutile de s’y aventurer. Commerçants, parents à la recherche de cadeaux,  acteurs des transports publics, tout le monde tentent désespérément de se frayer un passage pour atteindre sa destination. Le boulevard Nangui Abrogoua de cette commune, d’ordinaire embouteillé, est noir de monde.
Les vendeurs de jouets enchantés par la forte demande 
Sur ce boulevard de la commune d’Adjamé, de grands magasins de jouets et même de petits commerces occasionnels de cadeaux , sont envahis par les acheteurs. Comme si les commerçants s’étaient concertés, les jouets ont presque les mêmes prix d’un commerce à un autre. Un vélo de trois roues pour enfants de 1 à 3 ans environ, coûte entre 17.000 fcfa et 25.000 selon les modèles, les voiturettes coûtent entre 5000 fcfa et 10.000 fcfa. Les poupées et autres  jeux éducatifs,  varient généralement entre  et 6000 fcfa et 14.000 cfa. « Les prix ne sont pas exorbitants selon moi. Ici, nous,  nous avons des prix fixes et affichés depuis le début du mois de décembre. Mais au début du mois, il n’y avait pas d’affluence. Les parents attendent toujours les derniers jours pour se procurer des cadeaux. C’est ce qui justifie ce débordement. Il y a aussi certains de nos collègues qui augmentent leurs prix quand la demande est forte», explique ce gérant d’un commerce de jouets sur ce boulevard qui dit  s’appeler masta.
La galère des parents 
Ils sont nombreux, ces parents de la capitale économique ivoirienne qui n’ont pas encore  acheté les cadeaux de leurs enfants pour cette fête universelle. Malgré la conjoncture économique difficile chez le citoyen moyen, aucun parent ne veut décevoir sa progéniture où même  les enfants  à leur charge. Depuis quelques jours, ils prennent d’assaut les commerces de jouets à l’effet de se trouver des cadeaux à la portée de leur bourse.
« J’ai eu ce vélo à 18.000 fcfa pour mon fils qui n’a que 3 ans.  Il dit qu’il veut coûte que coûte un vélo. En plus de ça je dois encore trouver des cadeaux pour ses deux grandes soeurs. C’est pas facile. J’aurais dû,  si j’avais eu les moyens plus tôt, acheter  ces cadeaux et les garder. Peut-être  que je les aurais eus   un peu moins chers. Car, c’est vraiment cher pour nous qui avons plusieurs enfants», se lamente,  Mme Koné, enseignante dans un établissement préscolaire.
Faute de moyens pour trouver de quoi à offrir à leurs enfants, certains parents projettent de réparer des anciens cadeaux ou même acheter des jouets de seconde main  comme Evrard Kouadio, lui-même  commerçant au  »Black-market » d’ Adjamé: « J’ai  fait le tour de plusieurs magasins ce matin pour trouver un cadeau pour mon fils, mais j’avoue que c’est trop cher pour moi. Donc, je compte, de ce pas, aller réparer et repeindre le vélo que je lui avait  acheté l’an dernier», nous a-t-il  confié.
La fête de Noël, commémorée dans le monde entier entre la nuit du 24 au 25 décembre de chaque année, a institué depuis plusieurs siècles, le don de cadeaux aux tout-petits. En Côte d’Ivoire, certaines autorités politiques volent au secours des enfants issus des couches défavorisés en leur offrant   des cadeaux. A l’instar de celles-ci, la première dame ivoirienne, Dominique Ouattara, à travers sa fondation  »Children of Africa ». Hier mercredi au palais présidentiel d’Abidjan- Plateau, l’épouse d’Alassane Ouattara a cadeauté  près de 3000 enfants issus de différentes couches sociales. Et, Elle entend en faire de même pour 15.000 enfants de l’intérieur du pays à travers des arbres de Noël éclatés.
L.Barro 
Commentaires (Facebook)
Show More

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close