ActualitéSociété

A la mairie de Koumassi, l’audit de la gestion 2016-2018 révèle un gap de 7 milliards de fcfa

A l’occasion de la réunion du conseil municipal de Koumassi qui s’est tenue ce vendredi 13 septembre 2019 à la salle de mariage, le maire Cissé Ibrahim Bacongo se prononce sur certain actes de malversations commises par l’équipe précédente.

«Je ne cherche pas des poux quelque part, mais je veux savoir où je mets les pieds», a-t-il précisé.

En effet, il fait savoir que le rapport d’audit de 2016-2018 a relevé un gap de 7 milliards de FCFA non tracé par un document.

Pour étailler ses dires, il précise que plusieurs parcelles appartenant à la mairie ont été découvertes alors qu’elles avaient déjà été vendus à des opérateurs économiques.

  • Un terrain de 2 hectares situé dans la zone industrielle, mitoyen à la clôture du cimetière. Ce terrain avait été déclassé par le maire Adou Assalé,et y était prévu la construction de 300 logements au profit des agents municipaux. Pourtant, ce projet n’a pu être réalisé. Mais, l’équipe d’après a vendu le terrain à 94 millions de fcfa des promoteurs immobiliers en 2005. Le maire précise alors à tous que:

«Ce partenariat prévoit d’octroyer seulement 10 maisons à la mairie selon les termes de cette nouvelle convention, contrairement aux 300 prévus par son prédécesseur. A ce jour, rien n’a été fait. En lieu et place des constructions, se trouvent des en-gins de travaux publics».

  • Un autre terrain, qui lui aussi fut vendu à des tiers, se trouve dans le dos du bâtiment qui abrite les services des impôts. Le premier responsable de la commune, le maire Cissé Bacongo nous informe que les projets prévu pour ce terrain n’ont pas non plus été réalisé, pourtant le terrain a été vendu à un tiers:

«Il n’y a point d’hôpital communal et le terrain est au nom d’un individu …Nous n’allons pas engager une poursuite pénale. Cependant , il y aura une action civile pour obtenir une ordonnance de pré-notation en vue de bloquer les titres de propriété».

Le maire de Koumassi est donc à pied d’oeuvre pour la sécurisation foncière de sa commune.

«Beaucoup de parcelles appartenant à la mairie ont été découverts. Les entreprises qui ont occupé l’espace lagunaire ont étendu leurs espaces. Certaines sont allées jusqu’à 2 hectares. Les terres ayant été remblayées font partie du domaine public et gérées par la mairie», explique le maire.

Il prend donc de nouvelles décisions qui pourraient peut-être limiter les dégâts et aider le développement de la commune:

«Nous allons imposer des taxes, 2000 FCFA le mettre carré pour les structures qui ont fait le remblayage irrégulier et 1000 FCFA le reste».

Le ministre Bacongo et son équipe ont à coeur la sécurisation des droits fonciers pour mettre fin aux litiges fonciers. Ils annonce donc une opération qui consiste à identifier ceux qui ont des titres fonciers et aider ceux qui n’en ont pas à établir leurs titres de propriété, des arrêtés de concession définitive (Acd).

 

Omar Sana

Commentaires (Facebook)
Etiquettes
Show More

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close