ActualitéSociété

La Centrale Humanisme réclame le relèvement du taux du SMAG à 60 000 FCFA en Côte d’Ivoire

La Centrale syndicale Humanisme a réclamé, mercredi, lors de la célébration de la fête du travail, le relèvement du taux du salaire minimum agricole garanti (SMAG) au niveau du salaire du minimum garanti (SMIG) actuellement fixé à 60 000 FCFA.

Dans un discours face aux syndiqués de son organisation, le Secrétaire général de la Centrale syndicale Humanisme, Mamadou Soro a encouragé les autorités ivoiriennes à « poursuivre les efforts pour le développement des industries locales, afin d’offrir plus d’emplois stables et pérennes, notamment aux jeunes », soulignant que « l’agriculture demeure le secteur d’activité le plus pourvoyeur d’emploi en Côte d’Ivoire avec près de 50% des emplois ».

« Il faut renforcer la dynamique de développement agraire. Ce n’est plus une urgence. C’est un impératif. Et au nom de cet impératif, une question fondamentale demeure: le relèvement du taux du salaire minimum agricole garanti (SMAG) au niveau du SMIG actuel, c’est-à-dire 60 000 FCFA », a ajouté M. Soro.

En Côte d’Ivoire le SMAG est fixé à 36 000 Francs CFA par mois. Il n’a pas été revalorisé depuis des années tandis que le SMIG est passé en 2013 de 36 607 par mois à 60 000 Francs CFA.

Par ailleurs, Mamadou Soro est revenu sur le dossier des agents municipaux des ex-zones CNO (Centre, Nord et Ouest) qui « attendent de l’Etat l’apurement des arriérés de salaire qu’ils ont cumulés de 2001 à 2011».

Sur un total de 17 970 779 514 FCFA, a-t-il rappelé, « après négociation avec le gouvernement, ils ont accepté qu’on leur paye 60% de ce montant, soit 10 782 467 708 Francs CFA. Mais depuis la communication en Conseil de ministre en juin 2016, aucun Franc ne leur a été payé ».

« Pour que demain ne meurt jamais, qu’il vous plaise de leur apporter le soulagement qu’ils attendent depuis », a-t-il lancé au Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly qui préside les festivités officielle de cette célébration de la fête du travail.

Exprimant la «satisfaction» des travailleurs de la gouvernance du Président Alassane Ouattara qui a amené ses compatriotes « aux portes du paradis » selon rapport de la Banque mondiale de janvier 2018, le secrétaire de la Centrale syndicale Humanisme a estimé qu’il reste à M. Ouattara « à nous y maintenir ».

A cette célébration de la fête du travail par la Centrale syndicale Humanisme au Gymnase du Groupement des sapeurs-pompiers militaires (GSPM), l’Inspecteur général adjoint du ministère de l’emploi et de la protection sociale, Oulaï Déazi s’est félicité de « l’amélioration de l’environnement du monde du travail », même si « des défis restent à relever».

Le Chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara a décrété 2019-2020, «année du social» avec un programme gouvernemental d’un montant global de 727,5 milliards de Francs CFA sur deux ans. Il abordera toutes les « problématiques sociales avec beaucoup plus d’ampleur et de pragmatisme afin de garantir à tous des résultats ».
Il s’agit de « fournir aux populations des services de santé de proximité et améliorer la protection sociale, renforcer les conditions d’accès et de maintien à l’école des enfants de 6 à 16 ans et améliorer les conditions d’étude et de vie des étudiants ».

Ce programme vise également à favoriser l’accès aux logements, à l’eau potable, à l’énergie, mais également aux transports, aux biens de grandes consommation ainsi qu’accroître l’accès des jeunes, des femmes (…) à des revenus et à un emploi décent et stable, créer les conditions pour le bien-être des populations en milieu rural ainsi que la sécurité alimentaire.

Commentaires (Facebook)
Show More

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close