ActualitéSociété

Côte d’Ivoire: les agents de l’administration du territoire en grève de 7 jours

Les agents de l’administration du territoire ivoirien observent depuis lundi, un arrêt de travail de sept jours (du 08 au 14 janvier 2018) ‘’reconductible’’ pour exiger de meilleures conditions de travail et de vie, a constaté APA sur place à Bouaké, dans la deuxième ville du pays.

De la sous-préfecture au Sud de Bouaké aux locaux délocalisés de la préfecture de région dans une résidence privée à Ahougnanssou (à l’Ouest), la quasi-totalité des bureaux de ces deux administrations sont restés fermés, lundi, au premier jour d’une grève de sept jours déclenchée par le Syndicat national des agents du ministère de l’intérieur de Côte d’Ivoire (SYNAMICI) qui regroupe les agents des préfectures, des sous-préfectures, des conseils régionaux, des mairies, des directions générales et d’autres services administratifs publics.

 A 9h00 Gmt et heure locale, seule une poignée de services était opérationnelle à la préfecture de région dont les secrétariats et les bureaux du préfet et de ses secrétaires généraux. ‘’Ce matin, à la sous-préfecture, il n’y a que les travailleurs contractuels de l’ONI (Office national de l’identification) qui ont répondu présents’’, a souligné pour sa part aux environs de 9h30 Gmt, un agent de cette administration retrouvé à l’entrée.

‘’Les fonctionnaires de la mairie sont aussi concernés par cette grève mais ils refusent de nous suivre à cause des avantages qu’ils auraient sur le terrain’’, a décrié de son côté, un agent en poste à la préfecture de région de Bouaké sous le couvert de l’anonymat. Pour cet agent qui dit suivre ‘’à la lettre’’ ce mot d’ordre de grève ‘’la prise en compte de nos revendications par l’Etat sera une grosse injustice réparée’’.

Dans un circulaire signé par le SYNAMICI dont APA a reçu copie, les grévistes exigent ‘’purement et simplement la mise en application effective des résolutions adoptées lors du séminaire du 17 au 18 octobre 2017 à Abidjan’’.

Il s’agit de la signature de plusieurs décrets et d’actes portant entre autres sur l’institution d’indemnités d’astreinte pour tous les fonctionnaires et agents du ministère de l’intérieur et de la sécurité, de la tarification des actes, de l’octroi d’indemnités aux chefs de divisions des préfectures de département à hauteur de 75 000 FCFA ainsi que sur la création et l’organisation des emplois de la police préfectorale.

Une sécurité sociale des Gens de Maison avant leur intégration à la fonction publique, le paiement immédiat du stock d’arriérés des indemnités de logement des chefs de cabinets de préfecture et des gardes de sous-préfecture sur le salaire. La prise d’actes garantissant l’emploi des fonctionnaires en service dans les collectivités territoriales figure également sur la liste des revendications des grévistes.

Avec APA

Commentaires (Facebook)
Show More

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close