ActualitéPolitique

Côte d’Ivoire: L’ex-député Gnangbo Kacou plaide pour le retour des exilés politiques dans sa  » lettre du pardon » adressée à Ouattara

 

L’ancien député ivoirien, Gnangbo Kacou a dévoilé lundi depuis  »l’Etoile du sud » de Treichville, un mythique bar qui a vu la création en 1946 du PDCI-RDA au Sud d’Abidjan, un pan de sa « lettre du pardon » adressée au chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara. Il demande pardon à M. Ouattara afin d’obtenir de celui-ci, « la création des conditions du retour des réfugiés politiques, la libération des détenus politiques et la suspension à la Haye du procès de l’ex- président Laurent Gbagbo».

« Pour la Côte d’Ivoire, je lui demande pardon de mettre tout en oeuvre pour relâcher les prisonniers politiques, de créer les conditions du retour des exilés politiques et de tout faire pour mettre fin au procès de l’ex-président Laurent Gbagbo à la Haye», a plaidé M. Gnangbo estimant que la satisfaction de cette requête « est capitale pour apaiser notre Côte d’Ivoire ». Selon lui, le chef de l’État ivoirien doit emboîter le pas au premier président ivoirien, Félix Houphouët-Boigny en « initiant le pardon national comme celui-ci l’avait fait en 1971 après le complot dit du chat noir ».

Tant que cette demande ne sera pas accordée, a-t-il poursuivi, « je serai toujours dans cette posture du pardon». Après « l’étoile du Sud » de Treichville, l’ancien député d’Adiaké ( Sud-est du pays), a mis le cap sur le « monument aux morts» du Plateau (quartier des affaires d’Abidjan) pour dit-il, « s’incliner devant la mémoire des personnes décédées lors de la crise postélectorale ivoirienne de 2011».

L’ancien parlementaire qui entendait initialement lire cette« lettre du pardon» à la place de la république du quartier des affaires d’Abidjan, s’est vu interdire ce lieu par la municipalité de ladite commune. Le 1er décembre dernier, M. Gnangbo avait été interpellé par les autorités policières ivoiriennes dans la ville de Noé à la frontière ghanéenne où il devait entamer le même jour, une marche de 195 kilomètres devant partir de ladite ville pour se terminer à Abidjan le 18 décembre prochain. Cette marche dénommée « la longue marche du pardon » avait également pour objectif, avait-il expliqué, « de demander pardon à M. Ouattara afin qu’il fasse «un grand geste en faveur des détenus politiques ».

L.Barro

Commentaires (Facebook)
Show More

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close