ActualitéSociété

Côte d’Ivoire : La traque aux « gnambros » se poursuit à Koumassi

La chasse aux ‘’gnambros’’, des individus agissant sous couvert de syndicalistes du secteur des transports, suit son cours à Koumassi, sur instruction de Cissé Bacongo, maire de cette commune située au sud d’Abidjan.

 2 gares anarchiques démantelées et 6 « Gnambros » interpellés à Koumassi

6 individus pris en flagrant délit de racket des transporteurs ( gnambros ), interpellés et deux gares anarchiques à proximité de l’Hôpital général de Koumassi, démantelées.

C’est le bilan qu’ a annoncé sur sa page Facebook la direction générale de la Police nationale à la suite d’une opération menée le mercredi 21 août 2019.

Cette opération, indique la direction générale de la police nationale, s’inscrit dans le cadre de l’exécution de l’arrêté municipal numéro 19/07/C.KSSI/SG/DARC/BJ du 14 juin 2019 portant interdiction de toute activité syndicale liée au transport communal et intercommunal de passagers dans la commune de Koumassi.

Ces individus communément appelés « gnambros« , faisant fi dudit arrêté, ont été interpellés alors qu’ils embarquaient des passagers contre rémunération de la part de chauffeurs devant l’hôpital général de Koumassi.

Pour rappel des affrontements sanglants entre bandes rivales de cette mafia du secteur des transports, avaient éclaté au mois de juin dernier, faisant des morts et des blessés.

Cette rixe avait conduit autorités communales et préfectorales à prendre des mesures draconiennes en vue de mettre fin au désordre que suscite cette pratique peu recommandable, et qui constitue un véritable manque à gagner aussi pour l’économie ivoirienne.

Le 12 décembre dernier au Sofitel Hôtel ivoire d’Abidjan, lors de la 5e édition des rencontres sectorielles, organisée par le secrétariat exécutif du comité de concertation État-secteur privé, le ministre Amadou Koné avait reconnu l’urgence qu’il y avait à assainir le secteur en prévoyant de mettre fin au « fléau ».

Le secteur du transport urbain souffre de l’existence de faux frais de tout genre contre lequel il faut lutter .

Avait-il déclaré.

Non sans révéler que les Gbakas payaient en moyenne 11000 Frs de faux frais par jour.

Les gnambros vont disparaître quand nous allons achever les reformes, ou bien nous allons utiliser la force et cela relève de la force avec qui nous discutons constamment sur la question

Avait-il indiqué.

À ce jour, seule la commune de Koumassi, parmi les 13 communes du District d’Abidjan, semble avoir pris véritablement à bras le corps ce fléau.

Source: Abidjan-sur-7

Commentaires (Facebook)
Etiquettes
Show More

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close