ActualitéSociété

Côte d’Ivoire/délinquance juvénile : la construction d’un centre d’observation des mineurs prévu en 2018

Mercredi 11 octobre 2017- La Côte d’Ivoire envisage de construire un Centre d’observation des mineurs en 2018 en vue de la resocialisation des délinquants juvéniles, a révélé mercredi à Abidjan le coordonnateur principal de l’ONG Dignité et droits pour les enfants (DDE), Eric Memel, lors d’une table ronde sur les enfants en conflit avec la loi.

« La Côte d’Ivoire a obtenu un fonds pour la construction d’un centre d’observation des mineurs et les travaux vont débuter en 2018 », a dit M. Eric Memel, lors d’une table ronde portant sur le thème : « Quel est le rôle des acteurs des médias face à la question des enfants en conflit avec la loi ».

Ce Centre d’observation des mineurs dont la durée de réalisation est prévue sur un an, devrait être réalisé avec l’appui financier de l’Agence française de développement (AFD). Le budget global est estimé à environ 1 milliard Fcfa dont 765 millions Fcfa pour le bâtiment.

La problématique de la délinquance juvénile est une préoccupation majeure pour les autorités ivoiriennes. La capitale économique du pays connaît actuellement le phénomène des enfants dits « Microbes » ou en enfants conflit avec la loi, qui agressent leurs victimes avec des armes blanches.

L’ONG Dignité et droits pour les enfants (DDE) a mis en place le Programme enfance sans barreaux (ESB), aux fins de promouvoir les droits et le recours inconditionnel aux mesures alternatives à l’emprisonnement pour les acteurs de la justice dans le traitement des infractions des enfants.

M. Memel a relevé un « taux élevé de la récidive chez les mineurs dû à la faible politique de réinsertion sociale » ainsi que le « traitement inadapté de l’information concernant les enfants en conflit avec la loi par des professionnels de médias ».

Pour le coordonnateur principal de l’ONG DDE, les journalistes devrait utiliser l’expression « enfants en conflit avec la loi » et non enfants « Microbes » parce que ce vocable les confond avec les grands bandits et durcit leurs peines, alors que l’emprisonnement des enfants devrait être « aussi brève que possible ».

En Côte d’Ivoire, les enfants de 0 à 10 ans bénéficient d’une excuse absolutoire et ne peuvent être condamnés. Les enfants de 10 à 12 ans bénéficient d’une excuse atténuante, tandis que les enfants de 13 à 18 ans peuvent être condamnés après investigation.

ALL

Commentaires (Facebook)
Show More

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Flash-info

Côte d’Ivoire/délinquance juvénile : la construction d’un centre d’observation des mineurs prévu en 2018

Commentaires (Facebook)
Show More

Articles Liés

Close