Femmes on vous aime

Le management mise sur le féminin

Aujourd’hui plusieurs salariés sont dirigés par une femme. Si elles demeurent encore sous représentées parmi les hauts postes de direction, les femmes ont désormais toute leur place dans le monde de l’entreprise. Et plus seulement aux places traditionnellement associées à leur sexe, telles les ressources humaines, ou la communication. Mieux, elles réussissent à imposer progressivement des valeurs « féminines » qui viennent ébranler le modèle masculin, la référence depuis des siècles. Un management au féminin qui fait de plus en plus d’adeptes : selon un récent sondage CSA pour Madame Figaro, 84% hommes et femmes confondus font d’avantage confiance aux femmes qu’à leurs homologues masculins pour les sortir de la crise.
Valeurs féminines
En cinquante ans, le paysage de l’entreprise a changé : on y compte de plus en plus de femmes. Pour autant, « le référentiel culturel du management est masculin », explique Pierre Blanc-Sahnoun, coach et conseil en développement professionnel. « Dans notre culture occidentale, les schémas liés au commandement sont des schémas guerriers ». Compétitivité, conquête, agressivité… Dans le domaine du management, l’homme reste globalement ce chasseur, qui rapporte, non plus de la viande, mais des contrats. Martine Renaud-Boulart, auteur de Management au féminin : promouvoir des talents (Robert Jauze, 2005) a créé, à l’école de commerce HEC, un programme de leadership. « Un jour, un des participants m’a dit : « Celui-là, je l’achève à la pioche ! » Je n’ai jamais entendu cela dans la bouche d’une femme ! », Raconte-t-elle, amusée. À l’opposé, la femme reste traditionnellement celle qui donne la vie, et qui la préserve. Protection, sensibilité, intuition, font ainsi partie de ses grandes composantes.
Avant d’avoir une femme pour rédactrice en chef, Julien a passé trois ans dans une entreprise de veille médiatique, sous la direction d’un manager d’une soixantaine d’années. « Il donnait des ordres, des directives à suivre et à appliquer. Il imposait les heures de réunion, les temps pour discuter… Et gardait complètement opaque tout ce qui se disait au niveau de la direction. » Changement radical avec Marie, sa chef actuelle. « Nous sommes au courant de tout. Il y a beaucoup plus d’échanges. Elle propose, plus qu’elle n’impose. Et puis, elle mélange vie privée et vie professionnelle, chose à laquelle j’ai d’ailleurs parfois du mal à m’habituer, car moi-même je ne le fais pas facilement ! Mais au moins, je me sens pris en considération. Son management est plus humain », affirme le jeune homme.
Sens de l’écoute, souci des autres, empathie… Autant de qualités de type féminin qu’Agnès Arcier détaille dans son ouvrage « Le quotient féminin de l’entreprise » (Le Village mondial, 2002). « Ce sont des qualités que la société conduit à considérer comme féminines », constate-t-elle. Parmi elles, le sens du concret, le partage d’informations, la mise en avant des collaborateurs, la capacité à persuader et à former un consensus… « Elles peuvent être utiles dans une organisation, aux côtés de qualités plus traditionnelles de type masculin ».

6/10/2016

Psychologies

Commentaires (Facebook)
Show More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close