Flash-info

PND de la Côte d’Ivoire : les engagements estimés à 38% à fin 2016 (ministre)

Commentaires (Facebook)
Show More

Articles Liés

ActualitéEconomieSociété

PND de la Côte d’Ivoire : les engagements estimés à 38% à fin 2016 (ministre)

Jeudi 5 octobre 2017- Les engagements financiers du Programme national de développement (Pnd) de la Côte d’Ivoire, couvrant la période 2016-2020, ont atteint 38% à fin 2016 pour un taux d’exécution de 80%, a indiqué mercredi la ministre du Plan et du développement Kaba Nialé, lors d’une cérémonie de présentation de la revue annuelle de ce programme.

« A fin 2016, nous étions à 38% de réalisation des engagements » au niveau du Programme national de développement  (PND 2016-2020) dont l’enveloppe globale est de 30 000 milliards de Fcfa, a dit Mme Kaba Nialé, qui s’est félicitée de cette performance.

Plusieurs investissements ont été faits, entre autres dans le BTP, le secteur de l’industrie agroalimentaire, l’agro-industrie, la logistique, l’hôtellerie, la manutention. Le volume global des investissements privés, lui, s’élève à 2.979,84 milliards de Fcfa, soit 67% des investissements contre 62,5% initialement prévu.

Quelques défis restent toutefois à relever pour que la Côte d’Ivoire puisse mieux mettre en œuvre ces investissements. Le bilan note notamment « une petite contre-performance dans le secteur de l’agriculture d’exportation liée à la pluviométrie et à certaines maladies pour les plantes ».

Le pays a réalisé en 2016 un taux de croissance de plus de 8% grâce à un fort investissement dans le secteur privé. L’Etat ivoirien attend dans le PND une intervention du secteur privé en termes de volume d’investissement une moyenne de 62,4% sur la période 2016-2020.

Pour l’année 2017, il ressort de l’investissement du secteur privé un taux de plus de 66%. « C’est dire que l’Etat a travaillé sur l’environnement des affaires », a déclaré Mme Kaba Nialé, soutenant que « la Côte d’Ivoire est aujourd’hui attractive ».

Le Coordonnateur du système des Nations unies en Côte d’Ivoire, Babacar Cissé, a exprimé la « satisfaction » des partenaires financiers et techniques pour cette revue. Il a en outre relevé des axes politiques et stratégiques que l’Etat ivoirien devrait prendre en compte de manière transversale, entre autre la question du genre.

Cissé a par ailleurs mentionné la question de la capacité d’absorption qui ne transparait pas dans le programme. Il a invité le gouvernement à renforcer les dialogues sectoriels afin de prendre en compte les différents besoins des couches socio-professionnelles.

Le bilan du Pnd pour l’année 2016 montre un accroissement des dépenses pro-pauvres qui se sont établies à 2.014 milliards de Fcfa. Les partenaires au développement notent toutefois que les ressources consacrées aux dépenses sociales sont « énormes mais l’impact est très limité ».

ALL

Commentaires (Facebook)
Show More

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close