ActualitéInsolitesSociété

Le président du Conseil régional de Gbêkê à la gendarmerie – Ses proches explique les coïncidences mystérieuses

Après la découverte d’armes (machettes, munitions de kalachnikov et de calibre 12), la semaine dernière, à son domicile de N’Guessankro (60 km à l’ouest de Bouaké), le président du Conseil régional de Gbêkê, Jacques Mangoua, a été placé en garde à vue, le vendredi 27 septembre 2019, à la Brigade de recherches de la gendarmerie de Bouaké.

Selon ses proches et collaborateurs, rentré d’un voyage qui l’avait conduit à Paris, Mangoua Jacques a foulé le sol de Bouaké dans la journée du vendredi.

Aussitôt, il se rendit au bureau du procureur de la République, pour faire une déposition.  Celui-ci, avancent toujours les proches du président du Conseil régional de Gbêkê, décide donc de l’entendre sur Procès-verbal (Pv) à la gendarmerie.

Une fois sur les lieux vers 20 h, le procureur de la République près le Tribunal de première instance de Bouaké, Braman Doumbia, demande à son substitut de l’entendre, et qu’il se rendait à Katiola pour une autre affaire, explique Kouadio Kouadio Nestor, 2e vice-président du Conseil régional de Gbêkê.

Et le temps que l’avocat de Mangoua Jacques arrive, avance toujours Kouadio Kouadio, le substitut du procureur s’était également déplacé et tous les deux n’ont pas pu revenir à la Brigade de gendarmerie  pour l’audition de M. Mangoua.

Le président du Conseil régional de Gbêkê passera donc sa première nuit en garde à vue. Le chef de son village, Nana Mangoua Konan 2, plusieurs de ses collaborateurs et parents sont restés jusqu’à 22 h devant la Brigade de recherches de la gendarmerie.

Le lendemain, samedi 28 septembre 2019, au Centre culturel Jacques Aka où se tenait le 3e Conseil régional de l’ère Mangoua Jacques, il n’y avait que ce sujet sur toutes les lèvres.

Quand la réunion, présidée par le 2e vice-président, Kouadio Kouadio Nestor, démarre à 10 h 05, l’ordre du jour est modifié.

Il y avait désormais deux points :

  • en un, informations
  • et en deux, divers.

Kouadio Nestor explique alors que Mangoua Jacques avait reçu un Sms de menace de la part de certains entrepreneurs de la région, qui l’avaient menacé de lui créer des ennuis s’il continuait de refuser de payer leurs factures ; des factures enregistrées sous l’ancienne équipe du Conseil régional, à en croire les proches de Mangoua Jacques.

Selon Kouadio Kouadio Nestor, le président du Conseil régional de Gbêkê avait même porté cette menace devant la gendarmerie, à Abidjan.

« Et c’est ainsi que des armes sont découvertes chez lui », a souligné Kouadio Kouadio Nestor.

Venus pour une mission à Bouaké, plusieurs cadres du plus vieux parti politique ivoirien, le Pdci-Rda, lui ont rendu visite à la gendarmerie.

Entre autres, Yébouet Lazare, l’ex-ministre Allah Kouadio Rémi, Allou Konan, le professeur Kouamé Patrice Attogbain

Au moment où nous mettions sous presse, Mangoua Jacques était toujours en garde à vue à la Brigade de recherches de la gendarmerie de Bouaké.

Source: Soir Info

Commentaires (Facebook)
Etiquettes
Show More

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close