ActualitéArt et CultureSociété

Le président des journalistes ivoiriens plaide pour une «intrusion positive» de l’État dans la gestion de la presse privée

Le président de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI), Moussa Traoré, a plaidé jeudi, pour une «intrusion positive » de l’exécutif ivoirien dans la gestion des entreprises de presse privées pour éviter à celles-ci «de mourir et d’aller directement en enfer».

« Vous avez vu juste en décidant d’injecter 10 milliards de FCFA dans le quotidien pro-gouvernemental Fraternité matin en vue de sa restructuration. Mais aujourd’hui les entreprises du secteur privé sont en vérité cliniquement plus malades que le quotidien pro-gouvernemental », a fait remarquer M. Traoré au président ivoirien Alassane Ouattara au cours d’une cérémonie d’échanges de vœux de nouvel an entre celui-ci et les acteurs des médias.

C’est pour cela, a poursuivi,  le  président de l’UNJCI, « nous souhaitons, dans la mesure de vos possibilités, qu’en plus des appuis directs à l’impression que vous nous apportez, vous puissiez dégager un montant similaire pour sauver la presse privée ».

Auparavant, M. Traoré a salué les bons points réalisés par le gouvernement ivoirien au cours de l’année écoulée en faveur de l’ensemble des ivoiriens en général et de la presse en particulier. Au nombre desdites avancées,  il a entre autres énuméré,  l’organisation du sommet UA-UE et l’annonce de la libéralisation de l’espace audiovisuel au plus tard le premier semestre de l’année 2018.

Dans la foulée, M. Traoré a présenté les « excuses publiques » de sa corporation au président ivoirien relativement à la nouvelle loi sur la presse qui avait soulevé le courroux des journalistes ivoiriens.

«Toutes les organisations professionnelles des médias ont émis des réserves non pas parce que le texte ne contenait pas des avancées positives. Mais parce que nous estimions qu’il pouvait être amélioré », a-t-il expliqué regrettant certaines «réactions disproportionnées» de ses confrères dans la critique de cette loi.

« C’est le lieu pour nous de vous présenter nos excuses publiques pour ces propos désolants», a indiquant M. Traoré assurant M. Ouattara de ce que « la mouture actuelle du texte nous convient parfaitement ».

Dans un autre registre,  le président de l’UNJCI a sollicité le soutien du chef de l’État ivoirien pour soutenir le projet de candidature de la Côte d’Ivoire qui entend abriter le 4è  congrès ordinaire de la fédération africaine des journalistes prévu en mars 2019.

L.Barro

Commentaires (Facebook)
Show More

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close