ActualitéEconomie

Renforcement des capacités des cadres africains – La Côte d’Ivoire adhère au Trust Fund de la Banque mondiale .

Comment des Ivoiriens pourront intégrer l’Institution financière internationale

Depuis le lundi 23 septembre 2019, la Côte d’Ivoire est le premier pays de l’Afrique à avoir adhéré au Donor funded staffing program (Dfsp), le Projet pour le renforcement des capacités des cadres africains, initié par la Banque mondiale en 1997.

Cela fait suite à la signature du protocole d’Accord du Dfsp par Adama Coulibaly et Moussa Sanogo, respectivement ministre de l’Économie et des Finances et ministre auprès du Premier ministre chargé du Budget et du Portefeuille de l’État, et le Vice-président chargé des Ressources humaines du groupe de la Banque mondiale, Ousmane Diagana, dans le cadre d’une cérémonie présidée par le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, à la Primature, au Plateau.

« Nous sommes fiers d’être le premier pays africain à adhérer à ce projet, pour le renforce-ment des capacités des cadres africains »

s’est réjoui le chef du gouvernement ivoirien, au terme de la signature.

Selon lui, cet accord témoigne de l’excellence des rapports entre la Banque mondiale et la Côte d’Ivoire.

Le ministre Coulibaly a rappelé que la question de la représentativité de cadres africains en général et ivoiriens en particulier, au sein de la Banque mondiale, a été évoquée officiellement en marge des assemblées annuelles du Groupe de la Banque mondiale en octobre 2018, lors d’un entretien de la Délégation ivoirienne avec le Vice-président Ousmane Diagana.

Le fonctionnaire international avait alors révélé que cela est possible à travers l’adhésion de la Côte d’Ivoire au Dfsp.

Selon le ministre de l’Économie et des Finances, l’objectif de cette stratégie est d’assurer une immersion complète des concernés dans la culture de travail de la Banque mondiale, afin d’améliorer leur compétitivité lors des tests de recrutement.

À propos du financement de ce programme, l’Argentier ivoirien a révélé que:

« Le Trust Fund sera abondé par le Budget de l’État, à partir d’un montant minimum de 2 millions de dollars, soit environ 1 mil-liard de francs Cfa … Il servira à couvrir tous les coûts associés au recrutement, aux prestations et avantages de cadres supérieurs ivoiriens, sur la durée de leur stage, y compris les coûts administratifs et d’appui occasionnés par la Banque mondiale, pour administrer le pro-gramme et son évaluation ».

Abondant dans le même sens, le Vice-président de la Banque mondiale a signifié que le programme permet aux pays donateurs d’insérer leurs cadres dans différentes unités du Groupe de la Banque mondiale, afin de renforcer leurs capacités.

«Plus spécifiquement, le programme participe à l’atteinte des objectifs de diversité de la Banque. Il contribue à renforcer les capacités, et permet d’avoir un pool de personnel qualifié, de jeunes professionnels ou des cadres confirmés qui pourraient potentiellement être retenus par les unités de recrutement de la Banque, au terme de leur mission », a-t-il ajouté.

M. Diagana a félicité la Côte d’Ivoire qui, en signant le protocole d’accord, devient le premier pays africain à rejoindre le groupe des 17 pays donateurs, notamment l’Autriche, la Belgique, le Danemark, la Finlande, la France, l’Allemagne, l’Islande, l’Italie, le Japon, la Corée, le Koweït, les Pays Bas, la Norvège, l’Espagne, la Suède, la Suisse et le Royaume Uni.

Expliquant la procédure, il a indiqué que le processus de sélection est fondé sur trois principes :

  • la transparence,
  • la compétence
  • et l’exigence.

Au tout début du processus, la Banque mondiale s’accorde avec les pays participants, sur les domaines sectoriels et techniques prioritaires pour lesquels le recrutement du personnel s’avère nécessaire.

Par la suite, des termes de référence sont préparés pour ces postes. Les pays participants au programme soumettront une liste de 3 candidats par poste.

Et, les dossiers seront évalués avec rigueur et selon les critères définis dans les termes de référence.

Deux fenêtres de recrutement, a-t-il exposé, sont offertes par le programme (siège et bureaux pays) aux professionnels en début de carrière ayant un Master + 2-3 ans d’expérience professionnelle pertinente ; et aux cadres à miparcours ayant un Master+ 5 ans d’expérience professionnelle, dépendant du grade.

La maîtrise de l’anglais étant une obligation pour tout candidat. La directrice des Opérations de la Banque mondiale en Côte d’Ivoire, Coralie Gevers, a assisté a cette signature de Dfsp.

Source: SoirInfo

Commentaires (Facebook)
Etiquettes
Show More

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close