ActualitéInternationalSociété

RSF appelle les autorités ivoiriennes et françaises à « faire la lumière» sur la disparition de Kieffer

L’organisation internationale de défense de la liberté de la presse, « Reporters Sans frontières» ( RSF) a appelé vendredi à Abidjan, les autorités ivoiriennes et françaises « à faire toute la lumière » sur la mystérieuse disparition du journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer le 16 avril 2004 dans un supermarché de la capitale économique ivoirienne, a constaté APA sur place.

« A quelques jours du 15ème anniversaire de la disparition du  journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer, Reporters Sans frontières  ( RSF) exhorte les autorités françaises et ivoiriennes à tenir leurs  engagements pour faire toute la lumière sur cette affaire», a plaidé  dans une conférence de presse,  Baudelaire Mieu, le représentant de RSF  en Côte d’Ivoire.

Selon M. Mieu, l’absence de progrès dans l’enquête est  d’autant plus inquiétante parce certains « protagonistes clés» de cette  affaire sont morts. « Aujourd’hui, notre objectif au niveau de RSF,  c’est d’interpeller les autorités ivoiriennes et françaises à relancer les  enquêtes dans le cadre de cette procédure de disparition. Pour nous,  l’enquête n’évolue pas comme on l’aurait souhaité», a déploré M. Mieu, invitant les autorités des deux pays « à respecter leurs promesses»  vis-à-vis des familles biologique et professionnelle du disparu.

« Pour nous, s’il y a la volonté, on enregistrera forcément des avancées dans cette affaire », a souligné le conférencier, estimant que « un journaliste ne peut pas disparaître dans un pays et 15 ans après, on ne sache pas ce qui s’est passé. Notamment savoir qui sont les responsables et les commanditaires ».

Le 16 avril 2004, le journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer a disparu à Abidjan dans un supermarché où il avait un rendez-vous. Selon RSF, M. Kieffer avait rendez-vous ce jour dans ce supermarché avec le beau-frère de l’ex-première dame ivoirienne, Simone Ehivet Gbagbo.

Le journaliste franco-canadien enquêtait au moment de sa disparition sur les malversations financières dans la filière cacao dont la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial. La Côte d’Ivoire, rappelle-t-on, occupe la 82ème place sur 180 dans le classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2018.

Commentaires (Facebook)
Show More

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close