ActualitéInternationalSociété

La SFI lance AMEA Côte d’Ivoire, une plateforme de professionnalisation des organisations agricoles

La Société financière internationale (SFI) et ses partenaires ont lancé mardi à Abidjan la section Côte d’Ivoire de l’Agribusiness Market Ecosystem Alliance (AMEA), une plateforme visant à accompagner les organisations agricoles dans leurs efforts de professionnalisation.

La cérémonie de lancement a mobilisé l’ensemble des acteurs de la  chaîne de valeur du secteur agricole et de l’agroalimentaire, ainsi que  les représentants du secteur public, du secteur privé et les  représentants des Organisations professionnelles agricoles (OPA).

Selon  Olivier Buyoya, représentant régional de la SFI, une branche de la  Banque mondiale, en charge du secteur privé, l’AMEA offre une «  opportunité unique » pour les organisations agricoles de mieux se  structurer, gérer plus efficacement leurs ressources et adopter une  démarche qualité.

En outre, cet écosystème  permet  de former les acteurs des  organisations paysannes  professionnelles aux standards internationaux  aux fins d’avoir plus de  crédibilité vis-à-vis des institutions  financières pour faciliter  l’accès au crédit, avoir accès aux marchés  et développer leur volume  d’affaires.

La Côte d’Ivoire, une puissance  agricole régionale, est le premier pays  africain à accueillir l’AMEA.  D’ici à la fin de l’année 2018, une  section devrait être installée en  Éthiopie, en Ouganda et au Kenya, a  fait savoir Alan Johnson, un  responsable de l’organisation.

Environ 67 % de la population ivoirienne est tributaire du secteur agricole. La contribution de ce secteur au Produit intérieur brut est estimé à près de 21 %, selon les données officielles qui indiquent que le secteur agricole est pourvoyeur de 49% des emplois aux travailleurs en activité.

Le pays est par ailleurs le premier producteur mondial de cacao et de noix de cajou. Il exporte de l’huile de palme et le coton. Cependant, l’Etat ivoirien fait face à des défis liés à la faible transformation des produits agricoles, à la qualité insuffisante de certains produits et aux pertes post-récoltes.

« Notre institution finance les acteurs du secteur agricole, mais aussi soutient le renforcement des capacités et l’accès au financement des coopératives », a dit M. Buyoya, ajoutant qu’en plus des investissements, la SFI accompagne ses partenaires dans le cadre du Programme de leadership agricole.

Le programme Coop Academy, mis en œuvre conjointement avec l’entreprise Cargill, a permis à 62 coopératives d’obtenir un financement de 5,8 millions de dollars (3,36 milliards Fcfa), à 851 dirigeants de coopératives de renforcer leurs capacités et de toucher indirectement 52.000 agriculteurs.

L’AMEA est une alliance internationale multipartite qui comprend actuellement 24 membres à travers le monde dont la SFI. Elle s’emploie à améliorer la qualité et la performance des chaînes de valeur dans le secteur de l’agriculture et de l’agro-industrie.

La première réunion de AMEA s’est tenue à Delft, aux Pays-Bas, en novembre 2018. L’AMEA veut à terme mettre en place une norme ISO dans le domaine des OPA. Déjà, a-t-elle établi des partenariats avec ISO pour élaborer des directives mondiales dénommées IWA 29.

IWA 29 se veut un consensus qui devrait aboutir à la certification ISO des organisations professionnelles agricoles. Dans cet élan, les directives élaborées ont été soumises à une évaluation qui devrait durer pendant trois ans.

Commentaires (Facebook)
Show More

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close