ActualitéEconomie

UEMOA: le ‘’franc CFA se porte bien’’ rassure Alassane Ouattara

Le franc CFA, monnaie coloniale commune aux 8 pays membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA)  «se porte bien»,  a affirmé lundi à Abidjan,  à l’issue d’un sommet extraordinaire des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’institution sous-régionale,  le président ivoirien, Alassane Ouattara,  en sa qualité de président en exercice de cette Union.

Le disant, M. Ouattara répond ainsi à la vague de contestation contre le Franc CFA  observée ces derniers temps. « Il faudrait que les informations fallacieuses qui circulent sur la solidité et la pérennité du FCFA soient bien expliquées», s’est  justifié Alassane Ouattara avant d’expliquer que « la zone UEMOA a des réserves de change qui représentent plus de 5 mois d’importation alors que la règle retenue dans le monde entier est de 3 mois d’importation».

Poursuivant, le président en exercice de l’UEMOA a fait savoir que  cet espace communautaire est «bien géré». « Les ressources en devises sont importantes. Les politiques macro-économiques sont bien tenues. La croissance économique est forte. Le taux d’inflation est maîtrisé. Le déficit budgétaire et la dette extérieure font l’objet de toutes les attentions », a-t-il  soutenu avant de rassurer les populations de ce que « notre monnaie est saine et elle est en de bonnes mains».

Avant cette précision sur la pérennité de la monnaie coloniale, M. Ouattara a dévoilé l’essentiel des résolutions qui ont sanctionné les travaux de cette session extraordinaire de la conférence des chefs d’État de l’UEMOA.

« Les chefs d’état ont décidé de renforcer la coopération en vue de mutualiser les moyens pour lutter contre le terrorisme», a-t-il  indiqué tout en apprenant qu’au lendemain de l’attentat terroriste de Grand-Bassam en mars 2016, la prévention a coûté plus de 80 milliards FCFA à la Côte d’Ivoire.

«Au plan économique, la conférence a exhorté les pays à renforcer les mesures budgétaires en cours dans chaque pays tout en assurant une meilleure coordination des politiques sectorielles», a résumé, Alassane Ouattara.

La conférence a également décidé de la réduction dès juillet 2017,  du taux de prélèvement communautaire de solidarité de 1 à 0,8% avec pour objectif de le situer à 0.5% en janvier 2019, a informé le président ivoirien qui a par ailleurs, affirmé que « les mois et années à venir ne seront pas faciles en raison de la situation de l’environnement international. Mais,  dans l’union et la cohésion, nous savons que nous pourrons continuer d’avancer vers le progrès».

Deux importantes nominations ont été faites au cours de ce sommet extraordinaire. Notamment, celle du Nigérien, Abdallah Boureima en qualité de nouveau président de la commission de l’UEMOA et du celle du sénégalais, Mamadou N’Diaye au poste de président de la commission régionale de l’épargne public et des marchés financiers.

Cette session extraordinaire de la conférence des chefs d’état de l’UEMOA a enregistré la présence des huit présidents des pays membres de l’Union que sont la Côte d’Ivoire, le Mali, le Sénégal, le Bénin, le Togo, la Guinée-Bissau, le Niger et le Burkina Faso. L’union a pour objectif essentiel, l’intégration renforcée entre les pays membres avec une libre circulation des personnes, des capitaux, des biens, des services et des facteurs de production.

L.Barro

Commentaires (Facebook)
Show More

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close