ActualitéAgriculturePolitique

Le gouvernement soutient la filière cacao en période de coronavirus

Elle représente à elle toute seule environ 40% de cacao produit chaque année dans le monde. Le gouvernement de la Côte d’Ivoire a décidé d’aider les cacaoculteurs à passer le cap de la pandémie du nouveau coronavirus.

Culture stratégique pour la Côte d’Ivoire, même si elle n’est pas la seule, le cacao pèse encore 10% du PIB du pays et fait entrer dans les caisses de l’Etat 40% des recettes d’exportation. La production de l’or brun occupe et fait vivre cinq millions de personnes, soit environ 1/5eme de la population ivoirienne.

En ce moment où la crise sanitaire a provoqué un ralentissement des activités économiques dans le monde, le gouvernement ivoirien a répliqué avec un méga plan de soutien à tous les secteurs économiques, sans oublier les Ivoiriens les plus pauvres. Un plan de 1 700 milliards de francs CFA, dont 15%, soit l’équivalent de 380 millions d’euros, serviront à soutenir les grandes productions agricoles d’exportation ; en tête le cacao, mais aussi la noix de cajou, le café, l’hévéa ou encore le coton.

Bien que les cours sur le marché mondial du cacao soient à un bon niveau en ce moment, les craintes d’une chute provoquée par la baisse de la demande, notamment chinoise persistent. L’une des mesures des autorités ivoiriennes en soutien aux centaines de milliers de familles qui produisent les fèves de cacao a été le maintien du prix du kg au producteur à 825 francs CFA. Et elles viennent aussi de décider d’un appui aux négociants nationaux, des intermédiaires dans la filière cacao-chocolat.

Il y a deux mois, le groupement des négociants ivoiriens (GNI), qui rassemble quinze opérateurs, avait dénoncé « la concurrence déloyale des multinationales du chocolat » et tiré la sonnette d’alarme sur un risque de faillite de certains de ses membres.

Le premier producteur mondial de l’or brun poursuit également son objectif de réduire le volume des fèves exportées, sur les quelque deux millions de tonnes produites chaque année. Le gouvernement a ainsi annoncé cette semaine la création d’un fonds de dix milliards de francs CFA, soit plus de quinze millions d’euros, pour appuyer l’investissement dans la transformation du cacao localement.

Aujourd’hui, six multinationales – quatre américaines et deux suisses – dominent le marché ivoirien des exportations de cacao, dont plus de 80% partent des ports de San Pedro et d’Abidjan pour l’Europe.

RFI

Commentaires (Facebook)
Show More

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close