ActualitéPolitique

TOURNÉE DANS LE HAUT-SASSANDRA Simone Gbagbo depuis Saïoua: «Je tends la main au Rhdp»

La vice-présidente du Front populaire ivoirien (Fpi pro-Gbagbo), Simone Gbagbo, a tendu la main au Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), vendredi 30 août 2019, en meeting à Saïoua (département d’Issia).

Il est important qu’on se mette ensemble pour protéger notre pays. On a laissé le serpent rentrer et on a fini par prendre les fusils. Je tends la main au Rhdp. Notre pays est le seul bien commun que Dieu nous a donné et nous sommes obligés de nous entendre dans notre diversité

A déclaré l’ex-Première dame en tournée dans le Haut-Sassandra.

L’épouse de l’ancien président Laurent Gbagbo croit qu’il faut s’engager à fond dans la réconciliation nationale. Elle a invité les populations du Haut-Sassandra à s’investir dans le processus de réconciliation avant le retour en Côte d’Ivoire de l’ancien chef d’État.

Il faut qu’on accepte de pardonner ce qu’on a souffert. Il y a encore beaucoup de douleurs dans les cœurs. Les chagrins sont là, l’humiliation est là, il faut tourner le dos à cela. C’est à vous de faire la réconciliation avant que Gbagbo n’arrive

A insisté l’ex-députée d’Abobo. De manière pratique, Simone Gbagbo a encouragé ses partisans à aller vers les autres.

La réconciliation nationale, selon l’ex-parlementaire, implique que les Ivoiriens acceptent de «s’asseoir et de se parler».

Mme Gbagbo n’a pas occulté le fait que les bourreaux devraient demander pardon aux victimes et qu’en retour les victimes acceptent le pardon offert.

Aux militants du Fpi de Saïoua, Simone Gbagbo a dit avoir effectué le déplacement jusqu’à eux pour diverses raisons. D’abord, leur apporter soutien et réconfort pour les souffrances qu’ils ont endurées pendant la crise post-électorale de 2011; ensuite, leur témoigner toute sa reconnaissance pour leur mobilisation exceptionnelle au lendemain de sa libération après sept (7) années de détention.

Je tenais à venir à Saïoua, j’y tenais. J’étais à l’hôtel du Golf quand j’ai vu des images insoutenables. Il fallait que je vienne ici vous saluer en mon nom mais aussi au nom du président Laurent Gbagbo. J’ai souhaité venir vous saluer pour une autre raison. Les populations sont venues me saluer lorsque je suis sortie de l’école de gendarmerie. De toutes les délégations qui sont venues, la délégation de Saïoua était la plus nombreuse.

A justifié Simone Gbagbo.

L’autre raison évoquée par l’ex-députée d’Abobo est relative à la vie du Fpi.

Simone Gbagbo a constaté que la perte du pouvoir a été particulièrement préjudiciable au parti socialiste. Elle s’est souvenue de Saïoua où le Fpi est resté «sécurisé».

Simone Gbagbo a rendu un vibrant hommage aux défunts ex-ministres Paul Antoine Bohoun Bouabré et Désiré Tagro, originaires de Saïoua.

Parlant du premier cité qui fut ministre de l’Économie et des Finances sous Laurent Gbagbo, l’ex-députée d’Abobo a rappelé qu’il a été le père du «budget sécurisé».

Avec cette politique du budget sécurisé, le régime de Laurent Gbagbo a été respecté.

A fait valoir la responsable politique.

Puis d’ajouter :

Il y a une mission que Dieu a confiée à la Côte d’Ivoire et aux Ivoiriens. La mission est de démontrer au monde entier que les noirs ne sont pas une race maudite. Ils peuvent apporter le bonheur, l’innovation, la science, la technique au monde.

Auparavant, le secrétaire général de la fédération de Saïoua, Yoro Marthurin, a affirmé que la présence de Simone Gbagbo «réveille l’ardeur des militants du Fpi pour la reconquête du pouvoir en 2020».

VISITE À GABIA ET NIAKIA.

C’est sous une pluie battante que la vice-présidente du Fpi fait son entrée, jeudi 29 août à Issia, l’une des portes d’entrée de la région du Haut-Sassandra.

Elle était en provenance de Daloa, chef-lieu de la région. Simone Gbagbo a été escortée dès son entrée dans la ville d’Issia par les forces de sécurité jusqu’à la préfecture.

Elle a présenté ses civilités au préfet du département d’Issia, Amos Kouadio Assouman, représenté par le secrétaire général de préfecture, Golly Assouaga.

L’ex-Première dame a fait escale, d’abord, à Gabia, village de feu Désiré Tagro, puis, à Niakia, village de feu Bohoun Bouabré.

Simone Gbagbo s’est rendue sur les ruines des résidences des deux ministres disparus.

Le ministre Tagro a servi la République avec son âme. Il est resté fidèle au président Laurent Gbagbo. Il a aimé le président jusqu’à donner son sang. Et il a aimé la Côte d’Ivoire. Je vous demande de ne plus pleurer mais de prier pour que le président Laurent Gbagbo revienne au pays. En venant dans cette région, on ne pouvait pas passer. Nous sommes venus vous dire que nous sommes avec vous.

A déclaré l’ex-ministre Lazare Koffi Koffi, au nom de Simone Gbagbo au moment de la compassion à la famille Tagro.

A son arrivée à Saïoua, Simone Gbagbo a été reçue par l’ancien secrétaire général du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), président du conseil régional du Haut-Sassandra, Alphonse Djédjé Mady.

Ce dernier lui a offert un repas et des présents dont un bélier et un pagne kita.

L’ex-Première dame a remercié Alphonse Djédjé Mady pour son geste. Elle a dit sa reconnaissance à ce cadre du Pdci pour s’être inquiété pour elle et son époux, Laurent Gbagbo, lorsqu’ils ont été arrêtés le 11 avril 2011 et conduits au Golf hôtel.

Venance KOKORA avec Comseg

Source: L’Inter

Commentaires (Facebook)
Etiquettes
Show More

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close